bmk

blog m kiwaïda

Tag - philosophie

Fil des billets

samedi 14 mars 2020

ґεṧρḯя

Du barouf en moins © Photographie Sonia Marques

mercredi 29 janvier 2020

Ѧ฿ϟÜℛḎℰ

cam1.jpg

Albert Camus et Maria Casarès en 1948, à Paris, 148 rue de Vaugirard (Photo: © Collection Catherine Camus)


Tout est bien, tout est permis et rien n'est détestable. Ce sont des jugements absurdes.

Albert Camus



Camus (Albert) à Sartres (Jean-Paul) :

« Je commence à être un peu fatigué de me voir, et de voir surtout de vieux militants qui n’ont jamais rien refusé des luttes de leur temps, recevoir sans trêves leurs leçons d’efficacité de la part de censeurs qui n’ont jamais placé que leur fauteuil dans le sens de l’histoire, je n’insisterai pas sur la sorte de complicité objective que suppose à son tour une attitude semblable. »


Au mois d'octobre 1951, Le livre d'Albert Camu, "L'homme révolté" allait être publié chez Gallimard et 2 extraits sont parus en avant première dans des revues. Les critiques des intellectuels parisiens avaient déjà débutées, car Camus, intellectuel de gauche, se refusait à la solidarité avec le bloc de l'Est, mais aussi, son succès populaire faisait naître des jalousies, car il n'était ni du sérail, ni héritier. Ainsi on pouvait se permettre ce que l'on ne se serait pas autorisé à un autre intellectuel, du sérail et communiste. Il apparaissait relativement isolé, donc, incapable de contre-offensives...