bmk

blog m kiwaïda

Tag - masque

Fil des billets

jeudi 21 mai 2020

ℳÅ$Ḱ ḲЇ₩ÅÏÐ∀ Ḏϴℳiℕϴ

Création des masques © Sonia Marques

Et bien, il fallait bien que Kiwaïda se penche sur la création de masques homologués et qui laissent passer la respiration, lavables plein de fois, aux normes ! Pour la partie technique, pour la création artistique et le design, ils proviennent de mes recherches antérieures, de Domino, des mes tissages et satinages. J'ai donc créé 4 masques différents, nommés donc les DOMINOS.

Photographie © Sonia Marques

La ville de Limoges a déposé des masques dans chaque boîte aux lettre... En principe... 10 jours après le dé-confinement, de mon côté, je n'ai pas reçu de masque de la ville de Limoges, destiné à tous les habitants. Fortuitement, j'ai pu en récolter un, mon ami, lui, l'a bien reçu, avec un descriptif de la ville. Il me l'a donc donné. Je le trouve pas trop mal, celui de la ville, car son tissu est justement bien épais, et sa couleur, un bleu ciel très doux est aussi intéressante, la finition, est, certes, pas très fine, mais peut-être est-il solide ? Dommage, je n'aurai pas le mien, avec la notice de la ville. Je n'ai encore vu personne avec ce masque, dans la ville. Le pliage est intéressant, il a d'ailleurs quelque chose de très féminin... C'est un pliage très simple et reproduisible. Bienheureusement, je suis une créatrice, la ville n'a pas pensé faire appel à mes services, mais les connait-elle ?

Photographie © Sonia Marques

mercredi 8 avril 2020

αℓ◎ηε



SEUL



À DEUX



À PLUSIEURS



DANS TES RÊVES

Graphismes © Sonia Marques

La dernière est d'après une sculpture de Francesco Jerace, (Era di maggio, avant1920, Naples) la plus confinée.
Ses sculptures sont très belles, d'un grand équilibre, sensuelles et élégantes. Ce temps figé m'inspire ces figures de La Calabre, au sud-ouest de l'Italie, à la pointe de la "botte", dans cette région baignée par le soleil. Elle présente des montagnes escarpées, de vieux villages typiques et un littoral spectaculaire, avec de nombreuses plages très prisées.
En regardant ses sculptures, en avril 2020, nous sommes dans ce moment d'une épidémie mondiale, et l'Italie, plus durement touchée, vient de mieux connaître son
« patient zéro » et son parcours, plus de mystère. Il s’agit d’un homme de 69 ans, Calabrais d’origine et résident depuis des années de Casalpusterlengo, dans la province de Lodi, en Lombardie, qui est redescendu dans sa petite ville de Cetraro (province de Cosenza) début février, à près de 1 000 km au sud, alors que l’épidémie de Covid-19 n’était encore, pour les Italiens, qu’une réalité lointaine et exotique. En réalité, la maladie, comme l’assurent maintenant de nombreuses études scientifiques, avait déjà commencé à se répandre dans les plaines lombardes. Mais comment cet homme aurait-il pu soupçonner un seul instant qu’il emportait le virus avec lui ? Le premier cas attesté de coronavirus en Calabre.

Jerace, calabrais, né à Polistena (1853 et mort à Naples en 1937) s'est exprimé dans l'art sacré et dans l'art allégorique, il a commencé comme sculpteur avec des monuments de l'art funéraire. La figure féminine est le sujet prédominant, presque obsessionnel: enfantin, sensuel, sauvage, gai, fou, mystique, lascif, angélique...

«Patisco d'amor patrio, soffro di sentimentalità per il glorioso nostro passato, mi cruccio dell'abbandono in cui siamo caduti e tenuti… e specialmente cerco di far apparire nobile, grande e bella la nostra Calabria, anche quando è giustamente accusata.»

(Francesco Jerace, 1909)

"Je souffre de l'amour du pays, je souffre de sentimentalité pour notre passé glorieux, je m'inquiète de l'abandon dans lequel nous sommes tombés et gardés ... et surtout j'essaie de faire paraître notre Calabre noble, grande et belle, même lorsqu'elle est à juste titre accusée."

mercredi 1 avril 2020

ℬℒÜ∃ ♏ϴϴℕ














Images © Sonia Marques (Blue Moon)

lundi 16 mars 2020

ℳ∀ϟℚṲ€$ Ѧℕ✞i➸ṼЇℜÜϟ

vendredi 19 août 2016

ᘉᗢ⋒ᐯᗴᒪᒪᙓ ᐯᗩᘐ⋒ᙓ

Ci-dessus, photographies de magazines en Chine

Ci-dessous photographies de Philipp Engelhorn, série "Swimmers"

Quindao Beach 1.
(China)

ON THE BEACHES of Miami or Rio, it's all about showing skin. But on a beach outside Qingdao, China, it's all about covering up, even if it means looking like a lucha libre star. Swimmers there have become famous, even fashionable, for the funky "facekinis" worn over their heads to complement the colorful swimsuits they wear for protection against the sun and giant jellyfish.

The facekini is just what it sounds like: a headsock, often in colorful patterns, worn over the head to protect one's face from the sun. They've become hugely popular in China, and the world of high fashion embraced them with a spread in CR, the new magazine from former Vogue Paris editor Carine Roitfeld. CR called the masks "a hidden retreat in this season's swimwear," but they brought something else to mind for photographer Philipp Engelhorn, who spent a week this summer making a gorgeous series of portraits.

"It's sorta like Mexican wrestling to me visually," he says.

That may be, but the people wearing them do not care. They take skin protection very seriously, Engelhorn says, and jellyfish stings really hurt. And the masks have taken on something of a fashionable air. You can buy them in local stores for a couple dollars, but swimmers often make their own, along with the full-body swimsuits. The resulting garb often reveals something about the person wearing it.

Photography Swimmers : © Philipp Engelhorn

Photography Swimmers : © Philipp Engelhorn

 

Photography Swimmers : © Philipp Engelhorn

Ci-dessous, modèles en vente

Un intru...

swim14.png

Souvenirs, souvenirs... Un cyclope !

Aaron Rodríguez Arellano, plus connu sous le nom de Mil Máscaras (Mille masques), est un catcheur et acteur mexicain né le 15 juillet 1942 à San Luis Potosí, au Mexique.

Photographie de Lourdes Grobet Argüelles (née le 25 juillet 1940 (76 ans) à Mexico), photographe mexicaine contemporaine, rendue célèbre par ses photographies des catcheurs mexicains de la Lucha libre.