bmk

blog m kiwaïda

Tag - foi

Fil des billets

dimanche 5 novembre 2017

ᒪéᘐèᖇᗴ ﬡᗢ♈ᙓ ᙓჯ♈ᖇêᙢᙓ ᙓ♈ ᕈᙓᖇᖙᘎᙓ

  • Une enfant :
  • J'aimerai devenir artiste.
  • Et que réaliserais-tu ?
  • Des choses, je ne sais pas encore, je veux vivre.
  • Que connais-tu comme choses ?
  • J'ai vu des couleurs, des pierres sur le sable, la peinture des maisons, des carrelages.
  • Comment tu vas faire ?
  • Je ne sais pas, je sais que c'est ce que je veux faire.
  • Tu connais des œuvres d'art et des artistes ?
  • Oui, dans ma famille, ils sont tous artistes, mon père construit des maisons, ma mère fait des gâteaux, ma tante s'habille avec des couleurs, et ils chantent et ils dansent.
  • Non, je te parlais des artistes connus.
  • Ils sont très connus et ils voyagent.
  • Est-ce qu'ils vivent de ce qu'ils font ?
  • Oui c'est sûr, et ils m'apprennent des choses.
  • Il existe des écoles d'art où l'on apprend à être artiste.
  • Cela veux dire que dans ma famille, ils pourraient apprendre ce qu'ils savent à tous les enfants, leurs apprendre à tous, à être artistes ?
  • Non, ta famille ne le peut pas, elle n'est pas connue.
  • Connue de qui ?
  • Le président ne la connait pas.
  • Et comment on fait pour apprendre aux autres dans les écoles d'art à être artistes, à aimer les choses, les couleurs, les pierres sur le sable, la peinture des maisons, des carrelages, à danser et chanter ?
  • Il faut que tu deviennes professeur, mais avant artiste.
  • Mais tu m'as dit que ma famille ne peut pas apprendre aux autres dans ces écoles car le président ne la connait pas, comment moi je peux devenir professeur ?
  • C'est vrai, tu as raison, tu ne le peux pas, en plus tu es une fille, donc ce sera impossible, sinon tu mourras.
  • Pourquoi les filles meurent dans notre pays, si elles veulent être artiste et deviennent professeur ?
  • Tu es trop petite, il vaut mieux que tu continues à aimer les choses, les pierres sur le sable, la peinture des maisons, des carrelages, à danser et chanter, ainsi tu ne connaîtras jamais le président.
  • Alors je peux continuer à rêver ?
  • Oui, si tu ne le dis à personne, garde ce secret pour toi.
  • Mais si je veux le partager, apprendre aux autres ?
  • Alors apprends leurs à ne jamais montrer leurs belles choses.
  • Mais si personne ne montre les belles choses, comment on peut apprendre ?
  • Si, les belles choses seront là, la différence c'est qu'il existera toujours des personnes qui ne savent pas les voir.
  • Elles sont aveugles ?
  • Non, cela ne concerne pas la vue, car tu peux être aveugle et danser et chanter et sentir les pierres sur le sable.
  • Et le président il est aveugle ?
  • Tous les présidents sont élus par des aveugles, sinon les femmes artistes pourraient vivre plus longtemps dans l'histoire de l'art, et les lois sont faites par et pour le président et pas pour les femmes.
  • Mais le président peut voir quand même avec ses yeux ?
  • Oui tout à fait, il voit les choses, mais il fait comme si elles n'existaient pas.
  • Bon, on ne peut pas apprendre aux autres, on ne peut pas faire de belles choses, mais est-ce qu'on peut changer de pays ?
  • Ce sera peut-être pire, mais tu viens déjà d'une famille qui a changé de pays, alors, tu sais que changer de pays c'est toujours un risque, parfois c'est la source de la création, de l'invention.
  • Voyager c'est la création ?
  • Aimer ce que tu fais là où tu es et partager tes créations, c'est déjà voyager.
  • Tu crois que cette enfant va comprendre les choses ?
  • Oui, il ne vaut mieux pas que cette enfant réussisse un concours dans une école d'art, elle sera obligée de suivre les idées dominantes et sera harcelée, peut-être violée. Ce n'est pas le lieu de création pour une enfant dans notre pays.
  • Mais si elle arrive à ne pas suivre les idées dominantes, à ne pas se laisser faire ?
  • Comment le peut-elle ?
  • Si elle dénonce les violences ?
  • On ne la croira pas, ses amis à l'école, ses professeurs, il y aura une omerta qui l'obligera à arrêter ses études.
  • Si, elle ne dénonce pas et ne se laisse pas faire, et passe pour une bizarre ?
  • Peut-être, admettons, mais elle sera obligée si elle veut exposer ses réalisations par passer par les mêmes idées dominantes et être harcelée et peut-être même violée.
  • Si elle trouve un moyen de continuer sans exposer dans les lieux où il y a des violeurs et des femmes complices qui aussi harcèlent et chouchoutent les prédateurs ?
  • Elle sera isolée.
  • Mais si elle est isolée de ce système de l'art qui est malsain et ne fonctionne que pour quelques élus, alors c'est bien, non ?
  • Oui, si elle trouve d'autres personnes comme elle, qui ont appris.
  • Et si en fait, ces autres personnes sont encore plus nombreuses que ce milieu dont les règles sont idiotes.
  • Alors c'est cela la création, l'invention, c'est un jeu où elle peut jouer, ce n'est pas ce qui est montré.
  • Et si elle l'avait déjà trouvé.
  • Elle ne le dirai à personne, si c'est une joueuse.











"Les tulles surtout, si légers, qu'ils étaient comme la note extrême et perdue"
Photographies © Sonia Marques (novembre 2017 - Tulle)

lundi 28 mai 2012

€ϟṔℝЇ✝

photo © Sonia Marques

Photographie de l'intérieur du couvent de la Chapelle Saint-François © Sonia Marques
Un jour de Pentecôte, nous avons découvert le couvent de la Chapelle Saint-François, rue Marie Rose, à Paris. Merci le chat soleil. Une construction en brique imposante des années 30 avec un jardin et une chapelle lumineuse. Dans les traditions chrétiennes, la fête de la Pentecôte est ainsi une occasion spécifique de célébrer le Saint-Esprit, troisième personne de la trinité chrétienne, le cinquantième jour après Pâques (en grec, pentêkostê signifie "cinquantième"). Si le corps de Jésus n'est plus, son esprit demeure. Pour toujours. Ad vitam æternam. Le mot Esprit traduit dans le Nouveau Testament le mot grec Pneuma (littéralement Souffle). C'est pourquoi l'étude du Saint-Esprit est appelée la pneumatologie...


salon_montrouge.jpg
Photographie centre culturel et de congrès de Montrouge © Sonia Marques

Une autre bâtisse dans la ville de Montrouge, dédiée cette année au 57e salon de Montrouge, en brique aussi et également des années 30, orné de bas-reliefs de Louis Sajous représentant les différentes catégories sociales de la cité, avec son beffroi de 43m. Depuis 2000, le carillon fait sonner ses 27 cloches et joue des airs connus et réadaptés, de Vivaldi au "temps des cerises" en passant par des compositions originales. Après plus de deux ans et demi de travaux, cet ancien Théâtre de Montrouge s’est transformé en centre culturel et de congrès, il a entrouvert ses portes ce mois-ci pour accueillir la 57e édition du Salon d’art contemporain.

salon_montrouge1.jpg   salon_montrouge2.jpg

salon_montrouge12.jpg   salon_montrouge10.jpg

salon_montrouge3.jpg   salon_montrouge11.jpg


salon_montrouge4.jpg   salon_montrouge5.jpg

salon_montrouge6.jpg   salon_montrouge8.jpg

salon_montrouge9.jpg   salon_montrouge7.jpg

Photographies d'oeuvres d'artistes exposés au 57e salon de Montrouge, 2012

Le commissaire artistique du Salon est pour la quatrième année consécutive Stéphane Corréard, critique d'art, commissaire d'exposition et collectionneur, artiste invité d’honneur cette année : Olivier Mosset. Pour la quatrième année, c’est la designer Matali Crasset qui réalise la scénographie. Je n’ai pu voir la sculpture composée de blocs de glace destinés à fondre progressivement d’Olivier Mosset. J’ai vu une salle, en dehors de toute scénographie, en poussant une porte sans issue, avec des installations « Kitty Kat Massaker » du collectif Silure, faite de maneki neko, les petits chats porte-bonheur japonais dorés au bras levés...

silure.jpg

Kitty Kat Massaker, vue de l'installation du collectif Silure
Plusieurs artistes, dans leur maison, je n’ai lu ni leur nom, ni les textes et j’ai pris des photos sans les référencer. Seul un artiste a pu être remémoré, c’est Nicolas Nomein, dont je faisais un article sur ce blog cet hiver, de mes pérégrinations rue Saint Claude à Paris (article de mon Kaiju, Yapool)

Un pavot, grandes fleurs solitaires, capsule velue…

photo © Sonia Marques


photo © Sonia Marques
Pavots © Sonia Marques



photo © Sonia Marques
Bois de Vincennes © Sonia Marques

Quelques barques plus loin, un bois de Vincennes bondé, une Foire du Trône toujours aussi active, souvenir de mes printemps, juste avant l’été…




photo © Sonia Marques
Foire du Trône 2012 © Sonia Marques

photo © Sonia Marques

Foire du Trône 2012 © Sonia Marques

Bien plus loin, pour ne pas dire à l’opposé, dans Paris, Buren exposait au Grand Palais « Monumenta 2012 », quelques échos de la Foire, pas facile de passer après Anish Kapoor et son « Léviathan » en 2011, qui était très impressionnant !

Buren
Monumenta 2012 : artiste BUREN au Grand Palais (Photographie © Sonia Marques)

photo © Sonia Marques

« Léviathan » 2011 : artiste ANISH KAPPOR au Grand Palais (Photographie © Sonia Marques)


Il y a des rues où l’on se sent chez soi… mais de passage, un jour peut-être, au Mexique. Merci pour cette belle découverte avec le chat roux.

photo © Sonia Marques
Quelque part Photographie © Sonia Marques & JD

photo © Sonia Marques

Quelque part Photographie © Sonia Marques

photo © Sonia Marques         photo © Sonia Marques

photo © Sonia Marques         photo © Sonia Marques

Photographie de la Chapelle Saint-François © Sonia Marques

Le Saint-Esprit...