bmk

blog m kiwaïda

Tag - recherches

Fil des billets

mardi 19 novembre 2019

Ⓖⓐⓛⓐⓣⓗⓔⓘⓓⓐⓔ ⓐⓝⓓ Ⓚⓘⓦⓐⓘⓓⓐⓔ

Mais oui mais c'est bien sûr !

EUREKA !

KIWAïDA !

Salut les gars ! Vous me reconnaissez ?

Un bizou sivouplé !

Un bijou ! Nom de nom d'un crabe !

Ça scrabouille, ça gribouillait déjà :

Poissons, écrevisses et crabes de diverses couleurs et figures extraordinaires que
l'on trouve autour des îles Moluques et sur les côtes des terres australes [...]
(Amsterdam)

1719

faune: thon faune: torpille faune: crabe faune: crevette
de avibus et piscibus. Traité des oiseaux et poissons
auteur : non identifié
1330 ?-1340 ?

Mon yéti crab, ma fabuleuse invention, ma kiwaïda...

Nous voici bien vernies !

Crabes vrais • crabes bleus • crabes violonistes • panier de crabes • soupe de crabes

-Crabe araignée • Crabe bleu • Crabe vert • Nébuleuse du Crabe • crabe appelant • crabe bleu • crabe chinois • crabe de moule • crabe des Sargasses • crabe des cocotiers • crabe des rochers • crabe enragé • crabe farci • crabe honteux • crabe marbré • crabe royal du kamchatka • crabe terrestre • crabe à signaux • en crabe • marcher en crabe • panier de crabe • sacculine du crabe • vieux crabe

-Debout les crabes, la mer monte !


-Crabe (homonymie) • Crabe bleu • Crabe chinois • Crabe de cocotier • Crabe de tête • Crabe flèche • Crabe rouge • Crabe royal • Crabe royal du Kamtchatka • Crabe violoniste • Crise du crabe • En crabe • Fabia (crabe) • Guerre du crabe • La Confrérie du crabe • Le Crabe aux pinces d'or • Le Crabe aux pinces d'or (film, 1947) • Le Crabe sur la banquette arrière • Le Crabe-tambour • Le Crabe-tambour (film) • Le Crabe-tambour (roman) • Nébuleuse du Crabe • Tourteau (crabe) • Un crabe dans la tête • Île Crabe

Crabe est un nom vernaculaire ambigu utilisé en français pour désigner de nombreuses espèces de crustacés décapodes, pour la plupart comestibles. On distingue deux infra-ordres de crabes, en fonction des caractéristiques de leur abdomen : les Brachyura, ou vrais crabes, et les Paguroidea (crabes de cocotier, crabes royaux). Cependant toutes les espèces de ces infra-ordres ne sont pas spontanément qualifiées de crabe, par exemple les espèces appelées araignées de mer parmi les Brachyura ou les pagures, autrement appelé bernard l'hermite, parmi les Paguroidea.

Et aussi les crabes de mangrove (Goniopsis) ou les crabes nageurs...

Description La plupart des crabes sont marins, mais il existe quelques crabes d'eau douce et des crabes terrestres dont des crabes arboricoles. Ils disposent tous de cinq paires de pattes dont la première est modifiée pour former une paire de pinces. Certaines espèces sont toxiques spécialement les crabes très colorés du groupe des Xanthidae. Un crabe marin à carapace blanche (Demania toxica), que l'on rencontre aux îles Cook, est considéré comme le plus vénéneux des animaux marins.

Culture

Symbolique

Alors que le crabe est considéré durant l'Antiquité comme animal protecteur, sa réputation change au Moyen Âge, comme celle de l'ensemble des créatures marines. Il est même devenu maléfique, symbole des monstres marins marcheurs ; ce rejet est sûrement aggravé par ses habitudes nécrophages. Au contraire, en Asie, les espèces du genre Dorippe, sur la carapace desquelles on distingue un visage humain, sont très recherchées car, selon la légende, ils contiennent l'âme de guerriers défunts. Cancer vient du nom grec du crabe. Ce nom choisi pour la maladie de cancer témoigne qu'en Occident la symbolique liée à cet animal est plutôt négative. C'est aussi le nom d'une constellation et l'un des 12 signes astrologiques. Terminologie Le terme crabe proviendrait soit du néerlandais crabbe (krab en néerlandais moderne), via le picard et le wallon, soit du vieux norrois krabbi, via le normand. Ces décapodes ont donné naissance à plusieurs expressions en français. L'expression un panier de crabes désigne un groupe de personne collaborant mais en se nuisant les uns les autres. Cette expression est apparue en France au milieu du XXe siècle L'expression marcher en crabe signifie se déplacer de côté.

se déplacer de côté

afin d'éviter le panier de crabes...

ermitage programmé...

crab12.gif

samedi 9 août 2014

ღḯʟʟℯ➸ƒʟ℮üяṧ

C’est au début du XVIe siècle que se répand la mode de semer une véritable constellation de petites fleurs en fond de tapisserie. Les “Mille-Fleurs” agrémentent ainsi des tapisseries évoquant la vie rustique, les divertissements des nobles et des seigneurs. Parmi les principales tapisseries “Mille-Fleurs”, on peut admirer “Les Bergers” (Musée des Gobelins), “La Vie seigneuriale” (Musée de Cluny), et “La Noble Pastorale” (Musée du Louvre). La plus extraordinaire des tapisseries “Mille-Fleurs” est “la Dame à la Licorne”, (Musée de Cluny). L’origine recèle encore quelques mystères. Tenture de six pièces qui, pour cinq d’entre elles, représentent les “Cinq Sens”. La sixième, dont la devise est “À mon seul désir”, reste inexpliquée.

Extrait de la tapisserie "Rambouillet" de René Perrot (tissage Atelier Pinton, Aubusson, vers 1970) - Photographie : Sonia Marques

LES OISEAUX
56 exposition d'été de l'Eglise du Château de Felletin

La 56e exposition estivale de tapisseries de l’Eglise du Château de Felletin, produite par la Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson, est consacrée cette année aux oiseaux. Panoramique polyphonique, dispositif architectural et sonore tissé pour lequel Cécile Le Talec a remporté le Grand Prix de la Cité de la tapisserie en 2011, est au centre de l’exposition. Conçu comme un salon de musique circulaire, Panoramique polyphonique invite les visiteurs à pénétrer dans l’espace tissé circulaire et à se laisser porter par une bande-son mixant des chants d’oiseaux et le Silbo, langage sifflé de l’île de Goméra. Cet étonnant dispositif architectural tissé rend la parole aux oiseaux qui ont toujours peuplé en silence les tapisseries, animaux phares des bestiaires médiévaux puis sources délicates d’inspiration pour les artistes de la tapisserie depuis lors. Autour de cette œuvre sont présentées des tapisseries mettant en scène ces animaux et provenant de tous centres de fabrication et de toutes époques. Face au chœur, l’exposition s’ouvre avec le puissant Oiseau de Feu de Mario Prassinos. Dans le chœur, puis chapelle après chapelle, les visiteurs découvriront les œuvres tissées de grands maîtres comme Jean Arp et sa Porte d’Oiseaux, L’Oiseau de George Braque ou encore un tissage de La Grande Famille de René Magritte, aux côtés des scènes colorées de Dom Robert (notamment Pavane de novembre), René Perrot – peintre passionné d’ornithologie qui a produit plus de 500 cartons de tapisseries– avec Rambouillet, Elie Maingonnat ou Marc Petit.

Extrait de la tapisserie "Rambouillet" de René Perrot (tissage Atelier Pinton, Aubusson, vers 1970) - Photographie : Sonia Marques

Un air de ressemblance - Photographie © JD
Faire tapisserie, faire le même âge - Photographie © JD

 

 

Extrait de la tapisserie "Plaisir d'automne" de René Perrot (tissage Atelier Pinton, Aubusson, vers 1970) - Photographie : Sonia Marques

Un château (Photographie © Sonia Marques)

Extrait de la tapisserie "Rambouillet" de René Perrot (tissage Atelier Pinton, Aubusson, vers 1970) - Photographie : Sonia Marques

Naissance et essor d'un artisanat d'art

L’histoire de cette production semble correspondre au développement de plusieurs activités artisanales dans le Massif central (coutellerie, papeterie, armurerie, soierie et un peu plus tard dentelle). Si les origines flamandes sont incertaines, les tapisseries marchoises pourraient découler de la reconversion de l'industrie drapière locale en un artisanat d'art. Il existait à Felletin une tradition de production de couvertures et de draps. La présence d'une infrastructure textile avec une main d'œuvre de qualité et une clientèle établie peut expliquer que les fabricants de tissus aient saisi l'opportunité économique de transformer leur industrie utilitaire en une production d'art. Les premières mentions fiables sont des actes notariés de 1457 et 1473, mentionnant la présence de tapissiers à Felletin. Les productions se spécialisent, se perfectionnent et s’intègrent à un commerce d’exportation porté par des marchands qui ont confiance en la maîtrise de la laine des ouvriers creusois et leur construisent un réseau d'exportation efficace et prospère.
Dès le XVIe siècle, les tapissiers locaux s’approprient les genres à la mode produits à Arras ou en Flandres. Apparaissent alors des tapisseries à décor de « verdures » à feuilles de choux ou à aristoloches, millefleurs, scènes de chasse et bestiaires fantastiques ou exotiques. D’après les archives, l’inventaire de Jeanne d’Albret (La Châtre, Indre), rédigé en 1514, mentionne plus de 70 tapisseries de Felletin dont plusieurs « à menus feuillages » évoquant les millefleurs. En 1546, Jehan Chartier de Bourges commande à deux lissiers de Felletin une tenture en neuf pièces représentant les neuf Preux (Godefroy de Bouillon, le roi Arthur...). La thématique chevaleresque est en effet très à la mode durant le Moyen Âge et jusqu’au milieu du XVIe siècle, comme dans la production flamande de la même époque, également réalisée sur métier de basse-lisse.

Une cachette (Photographie © Sonia Marques)

Un bouquet (Photographie © Sonia Marques)

Muraille (Photographie © Sonia Marques)

Fleur (Photographie © Sonia Marques)

Mille-Fleurs (Photographie © Sonia Marques)

Fleurs (Photographie © Sonia Marques)

Gammes à Limoges (Photographie © Sonia Marques)

Gammes à Limoges (Photographie © Sonia Marques)

Nature morte (Photographie © Sonia Marques)

Espièglerie 1 (Photographie © Sonia Marques)

Un autre bouquet (Photographie © Sonia Marques)

Espièglerie 2 (Photographie © Sonia Marques)

Gammes (Photographie © Sonia Marques)

Gammes (Photographie © Sonia Marques)

Gammes (Photographie © Sonia Marques)

Juillet, travail, recherches, tourisme, partenaires, entreprises, soutien, couleurs, fleurs, oiseaux, luxe, calme et volupté, désertification, eldorado, road-movie...

Août, plus rien ne bouge, fermeture, peinture, culture, nage, aménagement, le parking, l'essence, les cartes, les routes, la découverte, il n'y a vraiment personne dans ces contrées luxuriantes

- Aller où personne ne va, rester quand tout le monde part, partir, quand tout revient et rester loin de tout, toute l'année, au coeur de la vie

Création : Les inspirations sont souvent plus proches qu'on ne le croit, les impressions n'ont pas de frontières, les sensations sont primaires, la réflexion secondaire et la troisième : la liberté de faire et penser