bmk

blog m kiwaïda

Tag - eau

Fil des billets

vendredi 24 septembre 2021

ℒα Ⅴїεηηℯ








Photographies © Sonia Marques

 
Hokusai, Chats et hibiscus, 1829

Une de mes références pour mes cours, les dessins de Katsushika Hokusai (1760-1849) ) Tant d'étudiants ont dessiné assidument sur les sujets proposés, qu'aujourd'hui, je découvre joyeusement 103 dessins d'Hokusai dont on avait perdu la trace depuis plus de soixante-dix ans. Il y a toujours à découvrir. Des illustrations en noir et blanc, exécutées en 1829 pour un livre qui n’a jamais été publié, ont refait surface l’année dernière lors d’une vente aux enchères organisées par la maison Piasa à Paris. Jusqu’en 1948, date de leur dernière vente publique à Paris, ils appartenaient au bijoutier Art nouveau et collectionneur d’art japonais Henri Vever (1854-1842). Selon le British Museum, les dessins auraient ensuite été conservés dans une collection particulière et oubliés jusqu’à l’année dernière. Dans une école d'art on me disait : il y a trop de couleur, et dans l'autre : il n'y a que du noir, il faut de la couleur, ni l'une, ni l'autre ne savait tout ce que nous réalisions et tous ce que les étudiants ont appris et ont développé. Dans l'une, on disait, l'écran n'est pas admissible dans l'apprentissage du dessin, il faut du papier, puis dans l'autre, il y a trop de dessins sur papier qui circulent, cela régresse, il faut des écrans, il y a trop de dessins dans une école d'art. Lorsque l'on enseigne, il y a beaucoup de regardants envieux. Avec du recul, je pense que les récalcitrants auraient aimé, dans leurs études, qu'une professeure soit aussi douée pour leur apprendre à se servir des outils numériques, comme leur apprendre à dessiner, contempler le monde autours d'eux, affiner leur regard et exercer leurs facultés quotidiennement, car c'est chaque jour un éveil, se rendre disponible à la beauté du monde. Mais il est une chose certaine : cela demande beaucoup de temps, d’exercices et d'amour, serties d'erreurs. Les écoles veulent montrer les réussites, elle devraient apprendre à réserver ce temps, pour préserver les conditions d'enseignements, plutôt qu'à la communication infernale de leurs moindres gesticulations. La maturité, j'y repensais souvent, nous nous amusions, car nous savions qu'Hokusai était un maître bien plus âgé, qui traverse encore les rivières, et nous avec, en glissant en compagnie d'un monde flottant, bien habité, et tant de fantômes...

En parcourant les ponts, le quartier des Ponticauds, j'observais la morphologie et sa voisine la rivière. L'une des plus anciennes zones habitées de Limoges, dont l'économie dépendait de la rivière, du bois flottant des forêts derrière pour l'alimentation des fours à porcelaine, pour la pêche et autres activités nautiques, ce qui n'a pas changé Un quartier ouvrier, au langage de l'occitan limousin. Lorsque j'observe les dessins d'Hokusai près des rivières, je vois ce que je parcoure quotidiennement, ou bien, je suis baignée dans une autre époque, si l'on considère  celle du pont Saint-Martial, construit en 1215 sur les bases d'un pont gallo-romain. Il y a toujours des chats et des hibiscus, c'est tout de même quelque chose qui sonne comme l'éternité, un rêve qui ne s'éteint pas.
Dans chacun de mes pas, se dessinent des manières d'observer, se délestant des à priori, afin qu'il ne reste qu'un tracé cohérent, une réalité qui ne s'éteint pas.

dimanche 22 août 2021

ℳÅℛ℃♓€ ℜ∀ℙiЀ

Photographies © Sonia Marques

vendredi 26 juin 2020

нαґⅾї℮ṧṧℯ