bmk

blog m kiwaïda

Tag - animation

Fil des billets

vendredi 29 janvier 2021

ℙяḯη¢ℯṧ﹩ε

mononoke.jpg

En 2000, Princesse Mononoké, l’œuvre d’Hayao Miyazaki, du Studio Ghibli sortait dans les salles françaises, un mois de janvier. Un chef-d’œuvre absolu, l'un de mes préférés d'Hayao Miyazaki, un manifeste contre le saccage de la Nature.
Dans un univers médiéval, Ashitaka, un jeune prince d’une tribu oubliée, tue un Dieu sanglier pour protéger son village. Maudit par celui-ci, il prend la route pour vaincre la malédiction. Dans son périple, il découvre la ville des forges, tenue par Dame Eboshi. Il découvrira que les Dieux ne sont pas immortels et que, chaque jour, les hommes guerroient entre eux et saccagent la montagne pour l’obtention du minerai de fer.
Saga mythologique, celtique, les femmes à l'honneur. Le cerf le symbole de Princesse Mononoké, ci-dessus, le dieu-cerf.
Miyazaki critique le marxisme, pour le réalisateur japonais, la lutte contre les mauvais côtés de la nature humaine passe forcément par la défense d’un ordre naturel et traditionnel. Et face à la destruction de cet ordre ancien qui entraîne la destruction de toute vie, il appelle à un ordre nouveau. Une société nouvelle basée sur le retour à la sacralisation et au respect de la Nature et de la Beauté. Une société dans laquelle tous les hommes regarderaient le monde avec le souci du bien commun et le rejet de l’hybris.
C'est un conte animiste, un récit initiatique, un film d’aventure d'une guerre violente entre 2 mondes, celui des hommes et celui de la nature, peuplée par les plantes, les sangliers, les loups et les kodamas, ces petites créatures blanches merveilleuses qui oscillent de la tête en produisant un petit bruit d'os... Tous ces êtres de la forêt sont protégés et guidés par le Dieu Cerf, qui préside aux destinées humaines et animales... La technique des hommes progresse et met à mal la nature... Comme dans beaucoup de ses films, Miyazaki ne ménage pas la modernité, et le progrès, mais il ne prend pas position non plus, il interroge et joue sur les déséquilibres, et l'équilibre. Ce film est très impressionnant, qui veut quelques kodamas pour poser les bonnes questions ? Des loup et des masques... Oui mais des masques inventifs, et l'amour, le sacre de la nature, une mystique des combats nécessaires pour se transformer et s'adapter à son environnement naturel.

Kodama (木霊, kodama, littéralement : « esprit de l'arbre ») est un yōkai du folklore japonais. Il s'agit d'un esprit vivant dans un arbre. Il peut avoir des formes très variées. Selon la légende, l'écho que l'on peut entendre en montagne est provoqué par ces yōkais.


Ne jamais imaginer que les êtres paisibles, sont paisibles.

mardi 30 juin 2020

ℒ‷∃ϰ☂ґα◎яḓ☤ηα☤ґℯ ✔◎¥@ℊ℮ ∂℮ ♏αґ☺ᾔα



L'Extraordinaire Voyage de Marona est un film d'animation dramatique franco-belgo-roumain réalisé par Anca Damian, sorti en 2019.

Superbe !

mardi 3 mars 2020

℉ℒϴ





Directed & Animated by Jamie Wolfe jamiewolfe.com Stream "Sedative" by Hollis levelmusic.lnk.to/sedative Written and produced by Hollis and Chucky Kim Live Drums by Stefan Litrownik Recorded by Chucky Kim and Elan Wright, Ruby Room, Seattle Mixed by Mikaelin 'Blue' BlueSpruce, Lounge Studios, NYC Mastered by Joe LaPorta, Sterling Sound, NYC