Photographie © Sonia Marques

Dans le monde, une femme sur trois subit des violences physiques et sexuelles par son partenaire. En France, une femme est tuée tous les trois jours par son conjoint.

La zone de non-droit :
En France, une femme sur quatre a subi des violences physiques par un partenaire depuis l'âge de 15 ans. Chaque année, plus de 225.000 femmes sont victimes de violences conjugales, 42.000 femmes de viols conjugaux, et plus de 120 femmes sont tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Les violences conjugales sont d'autant plus fréquentes que les femmes sont jeunes, vulnérables (grossesse, maladie, handicap), discriminées, et qu'elles ont déjà été victimes de maltraitances physiques et sexuelles dans leur enfance (avec seize fois plus de risque). Et les hommes sont d'autant plus souvent violents qu'ils ont subi des violences dans l'enfance ou y ont été exposés (avec quatorze fois plus de risque). Ces violences sont très traumatisantes avec un lourd impact sur la santé et la vie des femmes et de leurs enfants. Elles aggravent les inégalités et sont un facteur de précarité, d'autant plus que les femmes qui en sont victimes restent dans leur grande majorité isolées, à devoir faire face aux violences sans protection, ni secours, ni soins, ni justice.

Le médicament-drogue
La violence de ces hommes est souvent rationalisée, voire excusée par la frustration. Les violences répétées, souvent depuis l'enfance, ont un impact psychotraumatique majeur à long terme sur les victimes et elles sont une véritable entreprise de coercition. Elles sont une arme très efficace pour les soumettre au service de leur conjoint, les transformant en esclave, en "médicament-drogue" servant à calmer leurs tensions. Les violences sidèrent les victimes et déclenchent des mécanismes de sauvegarde mis en place par le cerveau. Ils entraînent une dissociation traumatique avec une anesthésie émotionnelle, ainsi qu'un trouble d'intégration de la mémoire, qui fait revivre les violences et les mises en scène du conjoint violent à l'identique, comme une torture qui n'en finit pas. Tant que la victime reste en contact avec son agresseur, ces mécanismes de "protection" et l'anesthésie qu'ils provoquent restent enclenchés. Les victimes sont ainsi comme déconnectées, privées de leurs émotions, de leur volonté et de tout moyen de défense. Elles semblent "tolérer" des niveaux très élevés de violence. Les faits les plus graves, vécus sans affect ni douleur exprimable, semblent si irréels qu'ils en perdent toute consistance et paraissent n'avoir jamais existé (amnésie dissociative). Elles donnent l'impression qu'elles sont indifférentes, leurs interlocuteurs ne vont rien ressentir, ils n'auront pas peur pour elles, considéreront qu'elles ne sont pas vraiment traumatisées et qu'il n'est pas nécessaire de les protéger.
(Source + vidéo)

Photographie © Sonia Marques
Détecter les violences conjugales à la maternité
Entre 3 et 8% des femmes enceintes sont victimes de violences conjugales. Parce que les femmes enceintes sont vulnérables, c'est souvent pendant la grossesse que les violences s'aggravent ou s'exacerbent. C'est la raison pour laquelle dans les Hauts-de-Seine, le département a décidé de mettre en place un dispositif pour repérer ces femmes, et les aider à se sortir de ce cycle de violences. Un dispositif qui s'est mis en place directement au cœur des maternités.
Les violences sont aussi à l'origine d’assez nombreuses demandes d'IVG. Femmes victimes et hommes violents ont très fréquemment subi des violences dans leur enfance ou ont été témoins de violences conjugales. Les troubles psychotraumatiques qu’ils vont développer, vont être à l’origine d’une mémoire traumatique, de troubles dissociatifs et de stratégies de survie. Si on n’est pas responsable des violences qu’on a subi, ni de leurs conséquences traumatiques, en revanche on a le choix des ses stratégies de survie (conduite d’évitement et conduites dissociantes anesthésiantes). La violence exercée sur autrui en est une, elle fait partie de ce qu’on appelle une conduite dissociante qui permet de s’anesthésier, comme une drogue. Une société inégalitaire où les hommes peuvent facilement choisir de mettre en scène une prétendue supériorité au dépens des femmes, facilite le choix de s’autoriser à être violent, en s’identifiant à l’agresseur de son enfance, pour «traiter» une mémoire traumatique qui, se réactive lors de la grossesse de sa conjointe (La grossesse à l’épreuve des violences conjugales : une urgence humaine et de santé publique / Salmona)

Escalades des tensions
La violence conjugale n'est pas un conflit de couple dont l'issue est incertaine, mais un processus de domination sexiste. Elle s'exerce dans le cadre familial. Les enfants témoins en sont également victimes, mais ils peuvent également subir des maltraitances parfois mortelles [LHT]. Personne n'est à l'abri de ce type de violences. Elle sévit dans toutes les catégories sociales, économiques et culturelles, en milieu urbain ou rural et quel que soit le contexte éducatif ou religieux. Dans leur très grande majorité, les victimes sont des femmes en raison des stéréotypes culturels sexistes. Les hommes victimes sont moins nombreux et subissent essentiellement des violences psychologiques.

La violence conjugale se manifeste très souvent par cycles d'escalade de tension : agressions psychologiques, verbales puis physiques :
La femme tente désespérément de contrôler de la situation en la minimisant, en la niant, voire en s'attribuant la cause de la violence de son partenaire qui ne manque pas de lui reprocher son attitude soi-disant insupportable pour se justifier. Les violences, de plus en plus sévères s'inscrivent dans une escalade qui commence par exemple par une série de paroles de disqualification, des attaques verbales ou non verbales qui se transforment en harcèlement moral [LHT], lequel embrouille la victime, la met sous emprise psychologique, diminue sa résistance et l'empêche d'agir.
(Azucena Chavez, Institut de victimologie)

Le secret du privé
La violence conjugale bénéficie du secret du privé, ce qui permet aux auteurs d’asseoir leur contrôle dans l’impunité. Elle constitue la forme la plus fréquente de violence envers les femmes. Elle fait partie de l’héritage patriarcal qui est caractérisé par le déséquilibre des rapports de pouvoir entre les sexes dans nos sociétés. La violence masculine à l’égard des femmes a un coût social et économique dont l’ampleur est encore trop méconnue. Les conséquences de cette violence qui s’exerce encore en toute impunité sont multiples pour nos sociétés. La violence conjugale est une question qui ne doit pas être considérée comme une affaire privée. L’usage de cette violence est un obstacle à l’égalité entre les hommes et les femmes, aux droits fondamentaux des femmes.

Les insoupçonnables


L'homme dont la fonction force le respect
, insoupçonnable
La violence conjugale n’est pas un héritage inéluctable, on ne naît pas violent, on apprend à le devenir. L’histoire collective et personnelle, la construction sociale, le poids d’une culture patriarcale conduisent certains hommes à des comportements sexistes et violents envers les femmes. L’homme violent à souvent deux visages : charmant, merveilleux dans la vie sociale, tortionnaire, méprisant et jaloux à la maison. L’homme violent avec sa compagne n’est pas systématiquement un alcoolique, un rustre, une personne issue de milieu défavorisé, un personnage autoritaire ou violent avec tout le monde. Très souvent l’homme violent n’est pas soupçonnable, il ressemble à monsieur tout le monde, votre voisin de palier, l’homme courtois qui rend service à tous dans le quartier ou le village, ce séducteur à qui personne ne résiste, le cadre dynamique que toutes et tous trouvent fantastique, ce chef d’entreprise performant, l’homme aux multiples responsabilités, l’homme dont la fonction force le respect...

La femme, les femmes
, insoupçonnables
Il n’existe pas de profil type de femme victime de violence conjugale, toute femme peut un jour dans sa vie se retrouver sous l’emprise d’un conjoint, ami ou partenaire violent. Mais l’histoire personnelle, des périodes de fragilité, de vulnérabilité, peuvent devenir facteurs de risque. La personne qui souffre de cette violence par la faute d’autrui, n’est pas responsable de la violence qu’elle subit. La femme victime de la violence de son compagnon n’est pas nécessairement une personne sans ressources. C’est peut-être votre collègue de travail, cette chaleureuse commerçante, cette enseignante, votre médecin, cette jeune cadre dynamique à qui tout semble réussir... et dont on ne soupçonne pas l’enfer quotidien.

La violence psychologique
La violence psychologique s’exprime par des attitudes diverses, des propos méprisants, humiliants. Le compagnon violent renvoie à la victime une image d’incompétence, de nullité. Il l’atteint dans son image à travers le regard des autres. Progressivement la victime perd confiance en elle-même en ses possibilités. Peu à peu s’installe le désespoir, une acceptation passive de ce qui arrive. Elle s’isole, s’enferme dans sa honte, n’ose plus prendre d’initiative.

La violence sexuelle
La plus cachée. La personne violente oblige sa compagne à avoir des rapports sexuels malgré elle, avec lui ou avec d’autres partenaires selon ses propres fantasmes, parfois il la forcera à se prostituer. Les viols, les agressions sexuelles, les rapports acceptés sous la contrainte ou pour le calmer sont réguliers. Les victimes ont beaucoup de mal à en parler parce qu’elles restent associées aux obligations du mariage et devoir conjugal.

Devoir conjugal / viol conjugal

Le viol conjugal est une forme de violence exercée par le partenaire intime. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit les violences entre partenaires comme « Tout comportement au sein d’une relation intime qui cause un préjudice ou des souffrances physiques, psychologiques ou sexuelles, aux personnes qui sont parties à cette relation, y compris des actes d’agression physique, des rapports sexuels forcés, entre autres formes de coercition sexuelle, de la violence psychologique et des comportements autoritaires ou tyranniques. » Toutefois, le viol conjugal est une notion qui reste taboue dans nos sociétés actuelles. Cela s’explique principalement par la notion de « devoir conjugal », qui est encore très présente dans les esprits. Mais il est important de rappeler que cette notion n’a aucune valeur légale. Dans la partie du Code civil consacrée aux mariages, il n’y a aucune mention du devoir conjugal et le viol conjugal est condamné par la loi depuis 1989. Selon les chiffres, près d’un viol sur deux a lieu au sein du couple. On estime aussi qu’une femme sur quatre subit, à un moment ou à un autre de sa vie, des violences sexuelles de la part de son partenaire. Dans la plupart des cas, les personnes qui obligent leur partenaire à avoir des rapports sexuels avec eux pensent agir légitimement vu le lien intime qui les unit.

Le viol n’a rien à voir avec de l’amour ou avec une relation sexuelle souhaitée. L’homme qui viole ne cherche pas à faire l’amour à sa partenaire ni même à assouvir un désir sexuel : il veut dominer, faire mal, humilier et avilir.

    "Violer, ce n’est pas une relation sexuelle, c’est un déni de son humanité, c’est dénier l’humanité de l’autre, c’est lui refuser d’être propriétaire de son corps, de son psychisme… " (Docteur Mukwege)

Contrairement aux violences physiques, les violences sexuelles arrivent assez tôt dans la relation en arborant des formes différentes et de plus en plus graves. L’homme violent va commencer par dire à sa compagne que, si elle refuse, cela signifie qu’elle ne l’aime pas assez. Puis, au fur et à mesure de la relation, il va prétendre que les hommes ont plus de besoins, qu’elle doit se soumettre au devoir conjugal et, peut-être, la menacer d’aller voir ailleurs, car les autres femmes sont plus dociles. Enfin, il va faire fi de son ressenti, de ce qu’elle souhaite et va la violer. L’évolution des violences sexuelles suit l’emprise qu’exerce l’homme violent sur sa femme. La dame, qui a perdu ses repères, éprouve du mal à réagir, à s’opposer et à distinguer ce qui est un viol de ce qui ne l’est pas.

Ordre moral supérieur d'antan

Le « devoir conjugal », voici une expression qui sent le papier jauni. Et pourtant ce « devoir » existe encore, même s’il n’est mentionné par aucun texte légal.
La loi sur le mariage prévoit seulement que les époux « se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance » (article 212 du Code Civil), et qu’ils « s’obligent mutuellement à une communauté de vie » (article 215 du Code Civil).
Il n’y a aucune obligation explicite d’entretenir des relations sexuelles. Ce sont les juges qui ont affirmé historiquement que les époux ont l’obligation d’entretenir une sexualité régulière, non seulement au début de leur mariage qui doit être « consommé », mais encore de manière renouvelée pendant toute la durée du mariage. Au départ, il s’agissait de préserver un ordre moral supérieur. Il fallait que le couple procrée, pour assurer la transmission du patrimoine, dans un cadre stable. Il fallait éviter aux conjoints toute « tentation du vice » et permettre l’observance de l’obligation de fidélité – source d’enfants illégitimes.
Sous couvert de préserver l’ordre, le Code Napoléon dans sa rédaction de 1804 était rude avec la femme. La puissance du mari était érigée en système juridique : la femme devait « obéissance à son mari », qui n’était pas encore tenu par la loi de respecter son épouse.
A partir de ces textes, il n’était fait aucun cas du consentement de la femme à l’acte sexuel demandé par son mari.
(La suite... Anne Marion de Cayeux, Avocat au Barreau de Paris )




J'ai vu récemment le film Magnolia (1999) du réalisateur américain Paul Thomas Anderson (né en 1970) et plusieurs de ses films dont le dernier. La cellule familiale est souvent le sujet et nombre de désordres exposent l'échec du modèle patriarcal. Les aspirations économiques et la réussite individuelle entrent en conflit avec la moralité et les injonctions de normes. La perfection et la compétition font exploser la cellule familiale à travers plusieurs générations. Le tabou des violences conjugales est transgénérationnel et provoque de multiples dysfonctionnements.
Dans le film Magnolia, il y a une relation au père avec le fil qui est un petit génie, utilisé pour ses performances de mémoire, il récite des définitions potasse des livres divers afin de gagner un jeu télévisuel dans lequel il participe. Le père délaisse le bien-être de l'enfant et cela se manifeste dans ce moment où le surdoué demande à aller aux toilettes et cela lui est refusé à maintes reprises, afin qu'il reste à l'écran, sans faire de pause. La pression opère car l'enfant se fait pipi dessus, et provoque une humiliation disproportionnée entre l'enfant qui ne peut plus jouer et le père qui puni son fil pour ce "lâcher-prise" naturel, se soulager. L'enfant choisi son instinct plutôt que l'exigence de son père et la pression sociétale (le jeu télévisé, l'équipe, etc.) On néglige le caractère infantile en lui demandant d'être l'adulte intelligent, mais se faisant, paradoxalement, il est infantilisé. L'enfant s'affirme en urinant sur lui et en refusant de servir encore de petit génie dans l’émission télévisuelle. Il rompt ainsi le fardeau familial en disant à son père que celui-ci n'accorde pas d’importance à sa personnalité mais bien plus à son image. Dans le même temps, l'homme qui présente l'émission fait face à un cancer, qu'il est le seul à savoir, et a des difficultés à rester à l'antenne. Son conflit avec sa fille toxicomane explose, lorsque sa femme l'interroge sur sa relation avec celle-ci qui ne souhaite plus le voir, même si son père lui annonce l'état de sa maladie, elle n'a aucune empathie. Il lui dit que sa fille lui reproche des attouchements jeune, mais il ne se souvient plus vraiment, ce qui provoque le dégoût de sa femme. Cette fille va faire la rencontre amoureuse d'un policier, tous deux recherchent "la vérité" et vont faire le pacte de "tout se dire", et rien dénier, afin que leur relation débute sainement. La morale se cache à cet instant où ne rien se cacher l'un à l'autre prédestinerait à un avenir plus radieux, délesté des problèmes familiaux qui se transmettent de générations en générations, avec des sentiments de culpabilité, de honte, de mensonge et de vies dissociatives, de dénis et d'exclusions.
Ce que je trouvais intéressant, dans ce film, c'est la description de modèles masculins, des générations de fils, qui représentent la faiblesse de leurs modèles défaillants, leurs pères, et leurs échecs. L'acteur Tom Cruise a un rôle assez détonnant, qui conjure avec le stéréotype du héro, dans lequel nombre de films l'ont confiné. Il est gourou de la suprématie masculine et ses performances publiques, son jeu scénique, sont captivants, pour coacher la virilité des hommes. On apprend bien plus tard, qu'il est traumatisé par la mort de sa mère, causée par les violences de son père, et de l'abandon de son père face au cancer de sa mère. L'affirmation de sa virilité serait liée à sa volonté de protéger les femmes. Ce jeu surjoué (Respect The Cock ! Voir l'extrait vidéo) est aussi le jeu d'une violence masculine et de domination sur les femmes, comme le père infidèle le faisait auprès de sa femme, il la violentait, se sentant supérieur. "Frank" (rôle de Tom Cruise) a refoulé toute sa vie, l'amour pour sa mère. Ce sera sa faiblesse ultime lorsqu'il devra répondre à une question d'une journaliste qui connait le décès de sa mère, alors qu'il ment et cache cette disparition à tous. Il réalise ainsi, en passant par une palette d'émotions contradictoires et violentes, que la haine qu'il porte à son père (en train de mourir d'un cancer) vient de cet amour déchu et de sa propre défaillance en prise avec les exigences d'une société patriarcale, car il se présente comme un célibataire endurci et sans famille. Auprès du chevet de son père, qu'il accepte de voir, in fine, il revit la même scène que lorsqu'il était enfant auprès du chevet de sa mère mourante, lui seul à l'accompagner alors que son père les a abandonnés tous les deux. Après l'avoir insulté, ce fils l'implore de ne point s'en aller. Cette scène est réussie et montre la complexité des liens familiaux : il condamne son père et le pardonne en même temps, en affirmant sa force et sa faiblesse, sa fragilité qu'il masquait avec sa secte suprématiste masculine. Et c'est à ce moment qu'il assume sa masculinité sans la misogynie, en endossant le rôle patriarcal.
Dans les films de Paul Thomas Anderson, les mères sont mortes, ou négligentes ou présentent des failles émotionnelles. Dans le dernier film que j'ai vu, Phantom Tread, ces jours-ci à l'écran, la mère défunte du héro modéliste, s'impose comme fantôme en mariée, la seule à être autorisée à hanter ses souvenirs et à lui donner une voix professionnelle, autoritaire. Il en vient à oublier sa femme jusqu'à la soumettre aux lois et emplois du temps de son métier. Cette dernière aura, également à s'émanciper de règles officielles et officieuses du patriarcat en observant que ce n'est que dans la maladie, que son amoureux reste avec elle, et qu'elle peut le guérir en lui apportant ses soins. La suite est masochiste, car c'est en l'empoisonnant juste un peu, qu'elle le met à terre, afin qu'il reparte travailler avec plus d'amour dans son cœur. Ce couple affirme ses liens affectifs dans une relation aigre-douce, où la femme domine l'homme après l'avoir empoisonné. On dit bien d'un individu qui embête, qu'il empoisonne la vie. Mais cette femme reprendra ainsi le même rôle de la mère de son amoureux, qui, tel un fantôme, hantait sa vie, dominait sa carrière, jusqu'à ce qu'il entende sa voix, l’entraperçoive dans sa chambre, malade, habillée en mariée, comme s'il s'était en fait marié à sa mère. Ce lien indéfectible, fait qu'une femme souhaitant rester auprès de ce mari, devra s'y superposer, à cette image de la mariée-mère, se soumettre à sa silhouette, ses robes, et qu'ainsi elle pourra le maltraiter à son tours, afin de le posséder totalement.
Dans le film Magnolia, aucune des femmes n'a l'opportunité de prendre la place de l'autorité des hommes, et aucune ne s'affirme contre les erreurs des hommes (père-mari-fils...) Elles participent toutes à l’effondrement du patriarcat et ne sauveront pas la cellule familiale. Ce film dure 3 heures mais on le les voit pas passer. Dans un jeu interactif, nous suivons différents personnages avec leur mémoires traumatiques, enfances brisées, amours perdus, espoirs de renaissances, transformations émotionnelles. Cela dit, pour d'autres raisons, j'ai particulièrement apprécié le film "Inherent vice" (2014), peut-être dans un autre article.

Le pardon


Dans le film Magnolia, j'ai perçu une ode au pardon et je me suis souvenue de deux notions que la philosophe Hannah Arendt avait introduit en politique, le pardon et la promesse.

« Ces deux facultés, écrit-elle, vont de pair : celle du pardon sert à supprimer les actes du passé, dont les ‘fautes’ sont suspendues comme l’épée de Damoclès au-dessus de chaque génération nouvelle ; l’autre, qui consiste à se lier par des promesses, sert à disposer, dans cet océan d’incertitudes qu’est l’avenir par définition, des îlots de sécurité sans lesquels aucune continuité, sans même parler de durée, ne serait possible dans les relations des hommes, et des femmes, entre eux. »