Réflexion sur les modes d'exclusion en France, de dissimulations, de négations, de dénis, d'oublis.
À suivre...

Photographie d'un article de presse nommé "La "quasi-totalité" des restes de la petite fillette ont été retrouvés jeudi",
phrase que l'on retrouve dupliquée sur des pages entières sur Internet d'après différents journaux, locaux, nationaux.
"La quasi-totalité" représente des ossements d'un être qui n'est plus, une fille, qui ne sera jamais devenue une femme.
Mais la quasi-totalité pourrait être celle d'un repas, des affaires de bureau, d'objets.
L'enfant, la fille, la femme est objetisée, elle n'a pas d'existence et la preuve est là.
Objet de désir, de possession, de crime.
Dessus, une liste des termes employés dans l'actualité de différents médias français, le signe d'une croix jaune semi-opaque,
un croisement sur le négatif d'une photo ratée. Une négation.
Il n'y a rien à voir, il n'y a jamais rien eu à voir, il n'y aura jamais plus rien à voir.
Ici, dans un paysage, une croix dans un paysage de neige.

Le croisement d'une femme, d'une fille, d'une victime et d'un homme, d'un garçon, d'un meurtrier.
Un homme dans la lumière, une femme dans l'obscurité.

Unis-Désunis.