Affiche de la pièce de théâtre "Saleté", sur la grille du théâtre La Passerelle, à Limoges le 29 janvier 2017 © Photographie Sonia Marques

SALETÉ de Robert Schneider
Avec Yann Karaquillo et Laurent Rousseau
Mise en scène : Michel Bruzat
Lumières Franck Roncière
Costumes : Dolores Alvez Bruzat

Nous sommes allés voir la pièce de théâtre qui mettait en scène le texte de l'autrichien Robert Schneider : SALETÉ
C'était à Limoges, et c'était la dernière, un jour où la primaire de la gauche en France allait décerner son représentant.
Première année de ma vie citoyenne, où je ne voterai pas, décision mûrement réfléchie, de plusieurs mois.
Il s'est passé tant de choses, tant de choses. Je m'engage auprès des artistes et des penseurs, des paroles libres.
Petit théâtre, de poche, le plus minuscule, dans une majuscule du jour.
Serrés, tous ensemble, on ne se connaît pas, mais on sait pourquoi nous allons voir cette pièce.
Nous allons entendre des mots, nous allons voir des hommes, nous allons entendre leur interprétation, d'un texte, de mots tabous, ici.

Le racisme, les étrangers, la saleté.
Touchée de plein fouet dans mes fonctions par ce racisme.
Il n'y a aucune protection, ni sécurité face à ce racisme. Il faut résister, résister au suicide, résister et se battre. Parfois, comme Sad, être torturé, même sans rien dire savoir que le boomerang de la vie reviendra à ceux qui pensaient détenir le pouvoir de la violence. Je suis fière d'avoir entendue, d'avoir vu, d'avoir choisi mon parti, celui des artistes qui parlent qui exposent, qui imposent, qui murmurent et ne se laissent pas faire. Celui aussi, de celles et ceux qui choisissent de ne pas exposer, de continuer à murmurer, à parler à tous, aux ennemis, aux aveugles du pouvoir, aux prétendants à l'extermination du sensible. Celles et ceux qui nous amènent à une sensibilité, à ce trouble, qui n'est ni sécuritaire, ni un emploi garanti, car les artistes doivent l'inventer à chaque fois, chaque minute et défendre ce qui est tu.
Tu, et tu deviens ce que tu es.
Belle interprétation, mise en scène, à l'os.

OS
comme un SOS

Radicale, minimaliste, une voix en donne plusieurs, de ce qu'elle cache, de ce qu'elle ressent, de ce qu'elle ment.
C'est la vérité crue, c'est celle qui n'est pas dans les discours politisés, celle qui n'attire pas le plus grand nombre, celle qui ne pourra jamais rassembler.
Un homme, un manteau, une honte, une culpabilité, un inversement.
Devenir sale, la merde, l'étranger insulte, l'extrême coup de poignard, la barre de fer, le couteau, les pieds écartelés, la torture. L'étranger, celui qui est nommé comme celui qui pue, conspue, contamine, salie les bancs publics, les outils, les toilettes des autres, et prive l'emploi des autres. Le texte est renversement, les mots sont l'ombre de nos ombres, de nos obscurs racismes. Les mots dans le texte de La saleté de Robert Schneider, sont ceux des autres, de ce façonnage pervers qu'est le racisme, le rejet. La philosophie et l'amour de la langue, ici allemande est une intime liaison de l'étranger dans le pays qu'il habite, dans le pays dont il aimerait être intégré. Les études et la filiation, avoir un enfant, ne suffisent pas à être intégré, mais au contraire, perpétuent l'idée d'un écart de plus en plus grand. Il y a les stéréotypes physiques et il y a l'odeur, l'urine, le siège qui ne sera jamais le siège de l'étranger mais toujours celui volé par l'étranger. Se mettre à la place de l'autre, tel est le leitmotiv, des étrangers, considérés clandestins. La discrétion, se taire, devenir muet, ou sourd, la soumission effective jusqu'à trahir ses amis, voilà ce qui est attendu des étrangers, de la part des racistes. Sad n'est pas triste, puis est triste est Sadam, a 25 ans, A 30 ans, A 40 ans.
Sad est arabe, Sad c'est un autre, Sad c'est nous.
La honte doit changer de camp.

Les acteurs Yann Karaquillo et Laurent Rousseau dans la pièce de théâtre "Salteté", au théâtre La Passerelle, à Limoges le 29 janvier 2017 © Photographie Sonia Marques

"Je m’appelle Sad. J’ai trente ans. En Anglais, Sad veut dire triste. Je ne suis pas triste. Sad, et ensuite ? Sad vend des roses dans les restaurants . Il est Irakien. Un Arabe. Un sémite. Non, un clandestin parmi tant d’autres, qui, après la première guerre du Golfe, a bouclé ses valises pour un ailleurs meilleur. Bassorah. Les marécages. Téhéran. Ankara. Varsovie. Stockholm. Et, enfin, une ville propre, où de jolis bancs publics aux pieds en fonte attendent les hommes de quarante ans. 

Définitions : racisme - Dictionnaire de français Larousse

■ Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie.
■ Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes : Racisme antijeunes.

Le racisme, c’est quoi?

■ Le racisme est un schéma de pensées (conscient ou inconscient), une manière spécifique de concevoir le monde et les êtres humains les uns par rapport aux autres, et qui se traduit par des actes, des paroles, des attitudes ou des comportements.
■ Le racisme au sens strict du terme désigne une idéologie, c’est-à-dire un ensemble d’idées, de croyances et de doctrines propres à une époque, à une société ou à une classe. Le racisme est un système d’idées qui impose une vision hiérarchique du monde et de l’humain, qui se fonde sur des différences biologiques, réelles ou supposées, ou encore sur la base d’une appartenance ethnique, nationale ou religieuse.
■ Un acte est raciste s’il remplit les trois critères suivants:
1. Catégoriser des humains en groupes et généraliser à l’ensemble du groupe et à chaque individu le jugement que l’on porte sur l’un des membres du groupe.
2. Hiérarchiser : attribuer à ces groupes des caractéristiques spécifiques, évaluées positivement pour les personnes racistes et négativement à l’encontre des victimes.
3. Discriminer : séparer un groupe social des autres en le traitant plus mal, à son détriment, utiliser cette hiérarchie pour traiter de manière inégale les personnes appartenant au groupe défini.
■ La combinaison de ces trois critères permet aux personnes racistes de justifier le fait de rabaisser, maltraiter et violenter, ou même d’exterminer lors de génocides (un génocide est l’extermination intentionnelle, systématique et programmée d’un groupe ethnique, linguistique, national, religieux) n’importe quelle personne appartenant à un des groupes jugés inférieurs.
■ Ainsi le racisme se situe au niveau d’une idéologie qui affirme, directement ou indirectement, qu’un groupe est, de façon inhérente, supérieur à un autre. Le racisme a une portée plus large que la discrimination raciale.
■ Le racisme classe les personnes sur la base de caractéristiques biologiques, génétiques, présumées ou réelles, en races. Ce mécanisme est lié au mythe (un mythe est un récit qui n’existe pas, une construction de l’esprit) d’une race supérieure et pure qui doit être protégée contre les influences et/ou le brassage avec d’autres ‘races’ qui seraient inférieures.
■ Le racisme viole le droit fondamental d’égalité des êtres humains et doit être combattu car tout être humain a droit au respect quelles que soient son apparence physique, sa religion, sa culture ou son ethnie.

«Je m'appelle Sad. J'ai trente ans. En anglais, Sad veut dire triste. Je ne suis pas triste.»

«J'aime bien parler. Je raconte. Je mens, dit-il, moi, j'ai ça dans le sang.» 

«N'aie pas peur, sale petit Arabe! Sad aux lèvres épaisses. Sad aux gros pores. Allez, allez, allez. N'aie pas peur. C'est eux qui ont peur de toi! Tu deviens cynique. Sale chien ! Le sale étranger devient cynique. Voilà où on en est.»

La xénophobie livrés en paquet de linge sale et bouquet de roses.

«Une rose pour vous monsieur, pour vous madame»

Presse affichée dehors au théâtre de La Passerelle

ROBERT SCHNEIDER

Auteur

◗ Né le 6 juin 1961 à Bregenz (en Autriche), Robert Schneider est adopté, à l’âge de deux ans, par un couple d’agriculteurs auprès duquel il grandira dans un village des Alpes. Isolé du monde, il a alors peu de contact avec la culture, si ce n’est à l’église où, le dimanche, il va écouter un organiste amateur, qui massacre les partitions ! Mais il n’en faut pas plus pour éveiller en lui une passion, la musique, qu’il pratiquera à son tour comme organiste. Ne découvrant la littérature et les arts que bien plus tard - il n’y a pas de livre chez lui -, il trouve refuge dans la musique, discipline qui lui permet d’exprimer toute la gamme des émotions, mieux, dit-il, qu’à travers les mots. Il faut dire qu’il n’en a pas entendu beaucoup dans son enfance : on parle peu dans ce milieu de paysans montagnards.
◗ Cet amour pour la musique le conduit à Vienne, à l’âge de vingt ans, où il étudie, de 1981 à 1986, la composition, mais aussi l’histoire de l’art et l’art dramatique. Pour vivre, il travaille en tant que guide et organiste.
◗ Très vite, il écrit pour le théâtre : Der falsche Prinz en 1983, Die Strandgeher en 1988, Hitler mein. Eine Liebesrede en 1989, Dreck (Saleté) en 1991, Traum und Trauer des jungen H. en 1993, Alle Tage en 1994, Komödie vom deutschen Heimweh en 1999...
◗ Salué par la critique et par plusieurs prix, il est élu, en 1993, meilleur jeune espoir dramatique de l’année par la revue Theater Heute (Théâtre aujourd’hui). La même année, son monologue Dreck (Saleté), monté pour la première fois au Thalia Theater à Hamburg, reçoit le prix de l’auteur dramatique au festival de Postdam et est sélectionné par le jury comme meilleur travail théâtral contemporain.
◗ Également auteur de fictions pour la télévision, Robert Schneider s’impose, cependant, comme romancier. Racontant l’histoire d’un homme doué d’un talent exceptionnel pour la musique, mais vivant, inconnu de tous, dans un village reculé des Alpes, son premier roman Schlafes Bruder (Frère sommeil) connaît, dès sa parution en 1992, un énorme succès international. Traduit en vingt-quatre langues, il reçoit plusieurs récompenses, dont le Premio Grinzane Cavour en Italie (un des prix littéraires les plus importants) et le prix Médicis en France.
Schlafes Bruder sera également porté au cinéma, en 1995, par Joseph Vilsmaier.
◗ Aujourd’hui, Robert Schneider est retourné vivre dans le village des Alpes qui l’a vu grandir.

Resté longtemps inédit en France, Dreck (littéralement « saleté ») est un texte féroce et subtil, qui reste d’actualité dans un monde où l’être humain est trop souvent considéré comme un déchet.

Ce mauvais pauvre, lors d'un consortium (Érudit) interuniversitaire, de l'Université de Montréal et l'Université Laval et l'Université du Québec, Anne Élaine Cliche, écrivaine québécoise, fait une présentation sur l'immonde :
L’immonde. Ceci n’est pas un thème.

Notre littérature n'est-elle pas marquée par une défiguration insistante... celle du déchet, de l'immondice, de la déjection; celle aussi de la langue et de l'histoire en proie à la déperdition? Un corps-chose, dirait- on, revient obstinément formuler dans la matière textuelle ce qui n'aurait ni voix, ni mot pour se dire et pourtant se décline dans les signes qui occupent bien souvent toute la page: glaire, cadavre, bave, merde, boue, ordure, plaie, pus, sang.

Elle défini ainsi l'immonde :

Immonde /

La part in-figurable, in-montrable, cachée, secrète.
Est immonde ce qui nous anéantit, nous réduit à cette condition de "sac de papier gonflé d'air", d'imposteur, de trou, de rat…
Est immonde ce qui nous arrache à l'espèce et vous regarde comme une chose expulsée.
Est immonde ce qui nous met hors du monde.
Humiliation, de-subjectivation.
L'immonde est dans le regard de la haine.
L'immonde est ailleurs, dans le regard de la haine, parce qu'il traverse l'image du corps, dénie l'apparence humaine encombrante et décide de la matière abjecte.
Un regard démiurgique et cadré qui permet au nazi d'aimer ses enfants, sa femme sans cesser d'accomplir sa besogne d'extermination (miroir brisé)
L'immonde est la part destituée de l'image, part rompue du semblable.
Une matière sans nom.
Le Nazi n'est pas "méchant", il n'est pas psychiquement déterminé au meurtre.
Il est immonde d'avoir fait de sa division une césure, une frontière, un mur.
C'est un homme, une femme, qui a traversé le miroir à cause de sa peur, enfin déclarée et travestie en "raison", du regard qui de là lui revenait, et qu'il a cru pouvoir aveugler ; ce Regard qui dans toute image vous attend, vous saisit, vous fissure parce que justement, il vous regarde.
Que le Juif ait pu incarner dans l'Histoire cet Autre du miroir - lui qui s'est fait la mémoire vive de la dette et de la Loi - n'est pas un hasard ; et donne à la destruction des Juifs d'Europe un sens qui n'a pas d'équivalent.
Le camp d'extermination n'extermine pas des hommes, il fait disparaître des êtres sans nom prononçable et sans identité.
La fonction du regard et ses pouvoirs déstructurants dont nous sommes tous tributaires, incarnés en elle.
Regard comme  vecteur de la honte, facteur d'évanouissement qui interdit le témoignage et frappe celui qui veut parler, d'imposture, d'artifice, de pauvreté, pouvoirs d'inversion, de retournement du monde.
La honte est le signal d'une  rencontre frontale avec l'immonde dont l'écriture serait à la fois le paiement et la restitution.
Qu'est-ce que la honte, sinon l'effet d'une mise à nu de quelque "chose", irregardable à la place où je suis, et qui m'ordonne le désaveu de ma parole. Que certains romanciers choisissent précisément de parler depuis cette place intenable, travaillant à s'enfoncer au plus loin de cette négation pour la transfigurer en splendeur ou en vérité, tout simplement en mots, langue, parole, révèle que l'horreur dévoilée est l'invisible en tant que tel.

À relire le Journal (1927) de Saint-Denys Garneau (1912-1943), on est en tout cas brusquement confronté à cette faille insistante, à cette déchirure de l'écran qui n'est pas sans rappeler la brutalité d'un désêtre sinon programmé du moins «engrammé» dans le sujet :

C'est un pauvre et c'est un étranger, c'est-à-dire qu'il n'a rien, rien à échanger: un étranger. Mais il ne joue pas franc jeu, il veut prendre part. Prendre part à votre vie, joie ou douleur. C'est un imposteur. [...] Il suffit de le regarder, il perd contenance, sa forme de toutes parts cède comme un sac de papier gonflé d'air, il devient tout flasque et son regard épouvanté cherche dans tous les coins de la chambre un trou de rat par où se glisser et fuir à toutes jambes jusqu'à dormir d'épuisement. Ça se comprend, il est pris en flagrant délit de pauvreté dans un habit volé en guise de cuirasse pour tenir debout. [...]

Par exemple, il fait un beau jour de printemps ; on croit croire à cette beauté du printemps [...] et une certaine joie modèle votre face. [...] Mais quelqu'un vous rencontre, peut-être seulement un passant sur la rue, et vous regarde d'un air entendu, d'un air de ne pas y croire, à votre joie (et il a raison). Sans doute une certaine inquiétude restait accrochée à vos yeux malgré tout le déploiement d'illumination que vous aviez répandu sur votre figure. Alors votre sourire se fige, tremble, un muscle de votre joue s'agite, tressaille, se crispe, et votre face n'est plus qu'une grimace horrible, un lambeau immonde que vous voudriez arracher et jeter rageusement dans une ornière .

Ce qui m'a marqué dans cette pièce de théâtre, ce sont les premiers mots sur le nom de famille : 

« Je m’appelle Sad. J’ai trente ans. En anglais, Sad ça veut dire triste. Je ne suis pas triste. Sad, et ensuite ? Mais là, je suis déjà parti en courant. Un nom de famille, c’est un mot de trop. »

Et lorsque "fuir" devient une action de survie, s'échapper, une injonction d'être mobile. Dans ces premiers mots, du texte de "Saleté", le nom de famille est dissout, il n'existe pas, c'est qu'il ne faut pas le prononcer.
Il devient une injure, ou il est défiguré.

L'année dernière j'ai été convoquée au tribunal de Limoges, par ma hiérarchie, sur le motif de la saleté, et mon nom de famille fut écorché vif, nié, dénié, puis attribué à un groupe d'étrangers. Mon emploi était en danger, ma fonction même, j'étais interdite de dire et me défendre, et l'affaire fut jugée sur un autre nom, sans moi, sans mon véritable nom de famille. Il y avait des témoins, notamment un président du tribunal, donc l'affaire fut reportée. Mais elle est devenue une caisse de résonance avec le motif de la convocation. J'ai dû fuir mon emploi, mon nom, ma saleté, avec la dette d'une mauvaise pauvre.
Ce n'est pas moi, alors j'ai pris distance, j'ai pris la fuite, et je regarde avec sagacité toutes ces saletés attribuées, à l'Autre, dont je fus, de passage, le réceptacle. L'écriture est une qualité féroce, l'art de savoir lire aussi. L'écriture est une arme redoutable.
J'apprends à lire et à écrire aux autres. J'enseigne.

Aujourd'hui, pour le tribunal, je suis devenu(e) un homme. Pas même un (e) entre parenthèse, comme le féminin caché derrière le masculin, non je suis vraiment devenu un homme, un Monsieur. Plus de féminin, plus de cachette. J'ai changé de sexe en une phrase c'est moins difficile qu'une opération chirurgicale, je n'ai rien senti. Ces troubles de l'identité qu'on peut lire sur les courriers administratifs sont attribués à l'étranger, il n'a pas de sexe, puisque ses organes ont été enlevés par la torture, il n'a pas de nom, puisque les étrangers n'ont pas de nom, de parcours, il est sans emploi toujours et on l'accepte uniquement en banlieue, dans le 93, c'est aux bancs de la société qu'il travaille pour la société.

Je porte les Marques de noblesse du parcours qui blesse de mes aïeux, de mon nom de famille, que je défendrai chaque jour et si je dois partir, quitter mon emploi, démissionner de mes fonctions, je ne quitterai pas mon nom.

Sonia Marques