Carte de Noël à vendre, prix libre, me contacter, message personnalisé...

La mère Noël est passée par derrière plus tôt que prévu, vidant les poches de l'État, afin de participer à la mort des écoles d'art. Le sabotage dans le système, en choisissant les victimes. Culture des abattoirs municipaux, abominables méthodes. Étourdissements ratés et répétés à maintes reprises. Nous sommes terrorisés. Nous sommes les animaux. C'est à Limoges que cela se passe, capitale des spécialités bouchères, servies sur des assiettes de porcelaine blanche. Les mains propres. Ce sont les autres qui sont sales, des animaux qu'il faut tuer. L'État valide, l'état exécute, et verse de l'argent, d'ailleurs ils vous l'écrivent : vous ne vous êtes pas exécuté, assez vite, nous le ferons. Les clampins ont cru au sapin doré des vernissages, en attendant, attention vos fesses les petits croyants, la culture hissée en haut des cannes à pêche, c'est pour vous les idiots maternés. Par surprise votre tour viendra, l'État copie les méthodes terroristes. Les ogresses ne savent rien de la culture, ainsi se font-elles juges des savoir faire. Faisons semblant de prier, car nos poches sont déjà vides, mais notre mémoire pleine. Les gras déjà trop gras sont tous malades, ils cachent leur pathologie et tuent leurs petits. C'est une boucherie. Ça sent le sapin partout dans ce modèle de société qui objétise le vivant. La lâcheté des décideurs politiques se visibilise prêts à tout au nom de l’emploi. Nous sommes épiés, traqués, surveillés, punis, infantilisés. Dans quel état sommes-nous ?

Ils perdront tous leurs multiples emplois.

Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus,
le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen.