GRUS GRUS (Photographie © Sonia Marques)

Migrations

J'ai assisté à plusieurs vols de grues. Spectacle impressionnant que l'on garde marqué dans nos mémoires, leurs cris, leur signe collectif, un V, leur solidarité majestueuse. Elles nous montrent l'horizon. Chaque fois que je les ai vues, par surprise, c'était dans un ciel dégagé, octobre, là ces jours-ci, novembre. Inoubliable. Elles quittent pour des mois leurs pays de naissance et de reproduction. Les sites qu’elles vont rejoindre, distants de plusieurs milliers de kilomètres, sont choisis pour les conditions qu’ils offrent : des ressources alimentaires et des dortoirs protégés : le nord de l’Afrique, l’Espagne et la Turquie... L'annonce de l’arrivée des températures froides, d'une nouvelle saison, de quelque chose que l'on quitte, en les regardant, de quelque chose que l'on va découvrir aussi. Un nouvel horizon. Leurs vols ondulent et animent le ciel de leurs cris. Ces migrations cycliques sont un symbole de régénération. Les grues cendrées seraient les messagères d'autres paradis. J'ai imaginé ce qu'elles voyaient en traçant un grand signe, le V, comme victoire, l’horizon illimité. Il parait que la meneuse laisse la place à une autre, et reprend un grade plus modeste dans le vol. Les Anciens voyaient dans ce manège un grand sens de la responsabilité et un symbole évident de démocratie. C'est beau. Laisser la place.

Rouge-gorge

Couleur rouge au poitrail. Un peu comme la figure que je travaille depuis des mois, rouge au poitrail. Elle est tissée par des américains, ou bien satinée par des anglais. Je voyage aussi avec mes projets dessinés. Et paradoxalement, c'est parfois bien plus rapide et aventurier que de travailler avec des entreprises locales, lorsque l'on est bien avisé des voyages, des sources différentes. Pour cela, s'armer de patience et pousser ses recherches, étudier l'économie. Acquérir de l'envergure, sociale, imaginaire. L'interprétation du dessin par le tissage selon une conception infographie adaptée, redessinée, calibrée, est toujours étonnante. J'ai entendu un rouge-gorge, son chant est doux et clair, de courts trilles, avec des arrêts. Je l'ai vu. Mon appareil n'est pas des plus en avance, mais ma vision et mon oreille l'ont anticipé. Et son chant, si le lampadaire n'éclairait pas encore, nous illuminait. Arabesque volatile, volute gaie, volubile, la voix.

ENTENDU ET VU (Photographie © Sonia Marques)

Photographie : European Robin (Erithacus rubecula) (Français : Un Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula))
Date 27 February 2014, Source : Own work, Author Francis Franklin (source Wikipédia

Orange

Théâtre : L’Arbre aux écus d'or, Ginkgo biloba (ou abricotier d'argent) Il vient de Chine. Je le vois dans le jardin derrière la cathédrale St Étienne à Limoges, à côté d'un arbre de fruits de Kakis (un plaqueminier, aussi d'origine de Chine). C'est ici que j'ai capté les grues cendrées, juste au-dessus de ma tête. Un jour de lumière après, des jours de pluie, incessants. Je devais travailler à la lumière artificielle, ce n'est pas le mieux pour fabriquer ses couleurs. Je peins, je réveille, je mélange, je décide, j'évalue, je prend distance. J'aime ce que je fais. Décors. C'est politique.

GRis GRis (Photographie © Sonia Marques)

Je fais migrer des domaines artistiques. Les zones de tissages conçues en infographie, sont autant de zones cartographiques imaginaires vues du ciel. Suis-je grue ? De cendres. C'est poétique. En parallèle, comme lorsque l'on fait du ski, ou que l'on fait de la danse contemporaine, les jambes parallèles, les deux disciplines me léguant des séquelles acrobatiques, la vitesse, l'adrénaline et l'abstraction, dessiner des formes dans l'espace ; en parallèle, je fabrique des sculptures particulières, persistantes la nuit. Les petites bêtes m'intéressent. Il y a sans doute des modèles qui m'inspirent, que je côtoies, que je tutoies. Pas très loin, ce qui réunit ces activités journalières, ce sont des dessins, sans doute de futurs desseins, suaves mais aussi techniques, reproductibles, adaptables dans différents domaines. Souplesse, migration toujours. Ailleurs. Bientôt, il faudra déménager.

GRean GRean (Photographie © Sonia Marques)
La photographie est comme intégrée dans mon corps, à ma naissance, je photographiais. Croquis, miroirs, ils m'aident. Mais je n'en fais pas tout un patacaisse, un domaine sacré. Pourtant, elles sont limpides, elles me donnent souvent le "la" dans les arts visuels. Le geste est évident, invisible, rapide, la prise de vue. Ma vision, mon champs d'étude dans les détails, l'invisible, ce que l'on ne voit pas, mon extension technologique, mon appareil, même non professionnel, le voit, le capte. En fait je supplante l'appareil. Je relègue tous les appareils, toute la technique sur un plan invisible, j'inverse la donne. La mode des selfies c'est intéressant pour ce que cela évoque. On quitte une analyse de notre société sur le narcissisme (vu depuis les médias) pour évoquer l'instant présent, le fait d'être en vie et le montrer. C'est intégré. Les analyses des images ne sont heureusement pas toujours du point de vue d'une société des médias et du spectacle. J'ai toujours un peu perçu cela, n'étant pas scotchée aux miroirs, me photographier me permettait d'émettre l'hypothèse que j'étais encore en vie. Voir que quelque part, je me tenais debout. Une illusion. La plupart du temps, je suis en train de penser, d'étudier ou de fabriquer des objets artistiques, qui ne rentrent jamais dans un corpus bien déterminé. J'invente le corpus en même temps que la chose dans laquelle, elle va s'intégrer : cela prend du temps. C'est passionnant. Comme imaginer où vont les grues et comment travaillent-elles ensemble. N'est-ce pas des dialogues que naissent nos formes de vie, ici mes images, dirions-nous plus modestement, nos images. Bien que l'imaginaire individuel, je le pense, n'est pas soluble dans l'imaginaire collectif, mais peut donner de l'entrain aux moins entrainés...
Histoire de grues, de la meneuse qui laisse la place.

La fabrique des tissés (Photographie © Sonia Marques)
Les kakis, en fait, il y en a plein. Au Japon, on recense plus de 800 variétés de kaki, et en Chine le nombre des variétés cultivées dépasse 2 000. La fertilité du kaki est très élevée.

Vitamine C, minéraux, fibres, ce fruit est délicieux, la peau fine, des souvenirs de dattes aux allures de tomate !

Dédicace aux chats libres et aux grus-grus. Boire du jus d'orange.

GRrr GRrr (Photographie © Sonia Marques)

Barbe chat nougat (Photographie © Sonia Marques)

Photographie : Grus canadensis (Source Wikimedia)
A Sandhill Crane flying at Sacramento River National Wildlife Refuge, Dayton, California, USA.
Date 7 November 2008, 10:19 Source Sandhill Crane Uploaded by Snowmanradio Author Steve Emmons of Pacific Southwest Region U.S. Fish and Wildlife Service from Sacramento, US